« Je suis resiliente! » Une discussion avec le responsable du programme de Smile Train pour l'Afrique de l'Est

Smile Train

En l'honneur du Mois international de la femme, nous nous sommes entretenus avec l'une de nos héroïnes, la directrice du programme de Smile Train pour l'Afrique de l'Est, Sesnie Zemichael, pour discuter de l'état des soins des fentes dans sa région et pourquoi elle est particulièrement fière de faire ce travail en tant que femme et mère de trois filles.

Sesnie Zemichael, dressed in Smile Train scrubs

Comment avez-vous rencontré Smile Train pour la première fois ?

Ma première rencontre avec Smile Train est venue d’un ami qui avait été chirurgien partenaire de Smile Train pendant de nombreuses années et qui m’avait parlé de leur travail.

Avant de travailler avec Smile Train que faisiez-vous ?

Je suis une professionnelle du marketing. Au cours des 18 dernières années, j’ai travaillé dans le domaine du développement avec diverses ONG et organisations de développement. J’ai aussi travaillé dans le secteur privé, à la fois comme employé et comme entrepreneur. Au cours de mon mandat au sein des organismes de développement, j’ai travaillé dans les domaines de l’administration, de la gestion des programmes et des finances, du recrutement et de la gestion des ressources humaines. J’ai également passé un certain temps en tant que responsable des événements d’entreprise et responsable des opérations et des productions pour la marque de mode internationale LEMLEM.

Sesnie hugging a Smile Train cleft lip cleft palate patient after surgery

Qu’est-ce que c’est que de travailler à Smile Train ?

Smile Train a été une expérience unique car l’impact de notre travail est immédiat et la transformation est toujours enrichissante. Il est remarquable de voir la vie d’un enfant changer et la vie de sa famille s’améliorer en si peu de temps grâce à une seule intervention chirurgicale.

Notre modèle « apprendre à l’homme à pêcher » donne au développement son sens véritable non seulement en traitant du présent, mais aussi en ayant un impact sur l’avenir en construisant à long terme, des systèmes de soins de santé solides et durables qui continueront d’influer sur le changement et de favoriser la croissance partout dans le monde.

Sesnie with Kaafiyo, a girl with a cleft lip and cleft palate from Somalia

Y a-t-il un patient qui vous a particulièrement inspiré ?

Oui, un enfant somalien du nom de Kaafiyo Abdikarim se distingue parmi les nombreux patients et les familles qui m’inspirent.

J’ai rencontré Kaafiyo pour la première fois en 2018, lorsque nous sommes allés en Somalie pour la sensibilisation sur les fentes. Elle était là, une enfant de quatre ans parmi de nombreux enfants avec des fentes attendant d’être examinée par le chirurgien pour une chirurgie le lendemain. C’était une petite fille, et n’eût été de sa fente, elle aurait joué librement avec d’autres enfants ou serait allée à l’école ce jour-là. Mais au lieu de ça, elle était à l’hôpital avec sa tante, espérant que sa fente soit guérie.

Ce dont je me souviens clairement de Kaafiyo, c’est qu’à un si jeune âge, elle savait ne pas oublier de se couvrir la bouche avec sa burka/hijab tout le temps. Sûrement, quelqu’un lui avait dit qu’elle devrait couvrir sa bouche, donc personne ne voit son visage.

À son tour, le chirurgien lui a lentement fait signe de lui retirer la main, mais elle n’a pas bougé. Il tira doucement ses mains de sa bouche tandis qu’elle regardait sa tante, effrayée et incertaine.

Dès qu’il eut fini, elle se couvrit de nouveau rapidement la bouche. Le fardeau de la honte que portait cet enfant était évident pour moi. Je me suis demandé — et si c’était mon enfant ?

Cette expérience m’a fait prendre conscience de l’importance et de la profondeur de mon travail, du fait qu’on me donne l’occasion de donner à ces enfants une seconde chance dans la vie chaque jour. Je suis toujours humble !

Sesnie holding a Smile Train patient after his cleft lip and cleft palate surgery

L’Éthiopie compte le plus grand nombre de traitements contre la fente dans la région Afrique de l’Est de Smile Train. Comment veillez-vous à ce que nos programmes continuent de croître ?

Tout d’abord, il est important d’avoir des partenaires engagés qui sont prêts à aller de l’avant pour obtenir des résultats. Il est essentiel d’établir une relation solide et stable avec chacun d’entre eux pour comprendre leurs besoins et y répondre rapidement. Cette base solide crée un espace favorable à la croissance et favorise la mutualité.

Ensuite, une fois que vous avez les bons partenaires, il est important de communiquer régulièrement avec eux pour pouvoir tirer parti de ce qui fonctionne déjà et formuler des plans à court et à long terme.

Une autre façon d’assurer la croissance est de toujours chercher des façons nouvelles et novatrices d’attirer de nouveaux partenaires, partisans et alliés qui contribueront de façon efficace et efficiente à l’ensemble du programme.

Enfin, je profite de toutes les occasions pour faire la promotion de notre programme et défendre les enfants atteints de fentes. Je suis toujours à l’affût de personnes passionnées et engagées de tous les milieux afin de les amener à utiliser leurs plateformes pour sensibiliser les gens aux fentes et démystifier les tabous qui entourent les personnes touchées.

Quelles sont vos stratégies de sensibilisation et de croissance des programmes ?

Ma stratégie comporte quatre volets :

1. Utilisation des médias traditionnels et sociaux

2. Travailler en étroite collaboration avec des partenaires non cliniques qui peuvent obtenir des renseignements précis sur les fentes à la base

3. Mobiliser les travailleurs de la santé communautaires et les célébrités locales

4. Profiter de toutes les occasions pour raconter l’histoire des enfants qui ont des fentes et encourager les gens à prêter attention et à être à l’affût des patients potentiels dans leur collectivité.

Sesnie pointing to the camera with a Smile Train cleft lip and cleft palate patient

Que peut-on faire de plus pour renforcer les programmes dans l’ensemble de la région ?

Nous avons encore beaucoup de chemin à faire pour défendre cet enfant avec une fente cachée quelque part dans un village lointain qui est incapable et isolé à cause de la façon dont ils sont nés. Nous n’avons pas encore répondu aux besoins de tant d’enfants qui ont réussi à trouver un centre de traitement, mais qui souffrent de malnutrition et ne sont pas aptes à la chirurgie. Nous devons offrir une orthophonie aux enfants dont le palais a été guéri, mais qui ont encore du mal à parler.

Il est crucial que Smile Train travaille à la fois en interne et avec nos parties prenantes externes pour surmonter ces défis et bien d’autres encore. Il est également crucial de mobiliser les agences de presse, les ONG locales, les organisations confessionnelles et, surtout, les gouvernements locaux. La participation de travailleurs sociaux, de guérisseurs traditionnels et d’experts en réadaptation contribue également à renforcer nos programmes dans toute la région.

Quels sont certains des défis que vous avez rencontrés en travaillant dans la Corne de l’Afrique ?

Bien que les défis soient nombreux, le manque de sécurité et l’instabilité politique de la plupart de ces pays sont les plus grands. Il est également difficile de trouver des professionnels qualifiés qui peuvent contribuer à l’avancement de nos programmes. Ainsi, la volatilité globale de la région, conjuguée aux mauvaises conditions socio-économiques, au manque de leadership et à la chance de rendre des comptes, a considérablement pesé sur l’infrastructure, la sécurité et la qualité de ses services de santé.

Sesnie with her three daughters

Parlez-nous de votre famille.

Je suis née et j’ai grandi à Addis-Abeba, en Éthiopie, chez mes parents, Zemichael Barnabas et Nigisty Yemane, qui sont tous deux comptables. Mon jeune frère, Hiruy, est directeur informatique d’une banque privée ici à Addis. Même si je viens d’une petite famille, j’ai réussi à augmenter légèrement la taille de ma famille quand j’ai eu la mienne.

Je suis mère de trois filles : Yadel Ameha (16), Abigel Ameha (15) et Perez Ameha (13). Ce sont les dons les plus précieux que j’ai reçus de Dieu. Ce sont des enfants affectueux et humbles qui sont une joie d’être autour de nous. Mes parents ont réussi à nous donner une enfance sûre, aimante et abondante. J’espère seulement avoir pu donner à mes propres enfants la moitié de ce que j’ai reçu.

Un dernier mot à dire ?

En tant que femme à qui l’on confie la responsabilité d’élever une famille de filles et en tant que personne qui gère des programmes dans certains des pays les plus difficiles du monde en termes de sécurité, de climat rigoureux et de normes traditionnelles difficiles envers les femmes, Je me considère chanceuse d’avoir pu servir et avoir un impact dans la vie de tant d’enfants vulnérables.

Je suis fière qu’on m’ait donné, en tant que femme, les outils pour naviguer dans des espaces où je ne parle pas la langue et où je ne viens pas du même milieu culturel. Smile Train m’a permis de franchir les frontières, de m’aventurer dans de nouveaux territoires, de tester mes capacités et de me prouver que je suis plus que ce que je croyais être. Je suis resiliente!

Recevez des mises à jour de Smile Train

Ceci pourrait aussi vous intéresser...

Staff
Dr. Esther Njoroge-Muriithi est vice-présidente de Smile Train et directrice régionale...
Partner
Dr Amanda Malungo est une chirurgienne plasticienne, reconstructrice et esthétique et l’...
Newsroom
Les partenaires de Smile Train ont provoqué des vagues au Nigeria — Le pays le plus...