Mon père, à 65 ans, peut maintenant savourer la vie

Smile Train

Bonjour, je m'appelle Julian. Je vis avec ma famille dans le petit village de Zotiglopé, au Togo. Je suis le fils aîné d'Edoh, un homme qui a vécu 65 ans avec une fente non soignée avant de bénéficier d'une intervention chirurgicale qui l'a guéri gratuitement dans un hôpital local grâce à Smile Train et à vous, leurs donateurs extrêmement généreux dans le monde entier.

Il n'est pas facile de dire tout ce que votre don a représenté pour toute notre famille et il n'y a rien que je puisse faire pour vous remercier de votre gentillesse. La seule chose que j'ai à vous donner, c'est l'histoire de mon père, que je vais partager avec vous maintenant. J'espère qu'elle vous aidera à voir la vie, la liberté, la bonté exceptionnelle vous avez donnée à mon père et à toute notre famille.

Pour comprendre notre histoire, il faut d'abord savoir que dans notre culture, tout le monde croit qu'une fenteest une malédiction des dieux vaudous. Ma grand-mère — la mère de mon père — avait également une fente, alors quand mon père est né, tout le monde a pensé que la malédiction devait être très forte sur notre famille.

Dans son enfance, papa a été l'objet de moqueries et de railleries impitoyables. D'autres enfants l'insultaient et se battaient avec lui. À l'époque, les familles n'étaient pas obligées d'envoyer leurs enfants à l'école, alors il n'y est jamais allé — cela aurait été trop dangereux pour lui.

Mais il n'est pas nécessaire d'aller à l'école pour apprendre l'intelligence, et mon père a toujours été un homme intelligent. Il fallait qu'il le soit.Lorsqu'on s'en prenait à lui, il se défendait en disant à ses bourreaux que s'ils continuaient à l'insulter, le vaudou leur renverrait leurs malédictions sur la tête comme un boomerang.

Cela a fonctionné — ils l'ont laissé tranquille.

Les injures n'étaient qu'une des difficultés mon père était confronté.Il avait également du mal à manger et à boire, car la nourriture tombait de sa bouche et les gens le regardaient. Personne ne partageait la même tasse ou la même assiette que lui, ce qui le blessait profondément. Imaginez que vous grandissiez en voyant votre père traité comme un paria chaque fois qu'il mange ! Mais papa n'est pas seulement intelligent, il est aussi fort. Il m'a dit que, quel que soit son état, il refusait de se considérer comme une personne malade.

Edoh juste avant la chirurgie de la fente

En 65 années de vie avec une fente, il n'a jamais renoncé à son droit de vivre dans la dignité. Mon frère, mes sœurs et moi-même devons notre vie à sa persévérance : Il s'est marié et a eu des enfants après des années d'insultes et de déchirements parce qu'il n'a jamais cessé de croire qu'il avait autant le droit que les autres à ces choses. Il croit avoir trouvé sa première femme grâce aux promesses et aux rituels secrets qu'il a faits aux dieux, mais je pense qu'il doit aussi beaucoup à sa propre force.

Si je n'ai pas hérité du bec-de-lièvre de mon père, j'ai la chance d'avoir hérité de sa persévérance. Être l'enfant d'un homme atteint d'une fente est très difficile. À l'école, mes camarades se moquaient tout le temps de moi à cause de sa fente.Toutes les réunions du village et les affaires étaient très difficiles pour toute la famille.

Une bénédiction pour mon frère


Chaque famille de Zotiglopé a son propre dieu, mais pas nous. Aussi, lorsque mon petit frère est né avec une fente, nous avons ramené un dieu à la maison et avons commencé à le vénérer dans l'espoir d'annuler le décret pris à l'encontre de notre famille. Je ne peux pas décrire ici la nature exacte des rituels que nous avons pratiqués. C'est un secret, et même si je le décrivais, vous ne le comprendriez pas.

Certains pensent que les cultures qui croient au vaudou n'acceptent pas la médecine moderne, mais ce n'est pas vrai ! Papa a toujours su qu'il était possible d'opérer une fente, mais il n'a jamais cherché à le faireparce qu'il n'a jamais eu les moyens de se l'offrir et qu'il pensait qu'étant déjà âgé, cela ne ferait de toute façon aucune différence pour lui.

Cependant, de nombreuses choses qui sont acceptables pour vous ne le sont pas lorsqu'elles arrivent à votre enfant. Peu après la naissance de mon frère, un grand bateau-hôpital a accosté au Togo pour offrir des services médicaux gratuits, y compris des opérations de fente. Ma sœur m'en a parlé et j'ai tout de suite emmené mon frère. Il a été opéré, mais son père n'était pas en ville à ce moment-là. Lorsqu'il est revenu, le bateau était déjà parti. Il était déçu, mais garda son calme habituel.

Comment mon père a été convaincu de sourire


Personne n'a plus pensé au traitement de papa jusqu'au jour où M. Abi, notre chef de village, l'a abordé et lui a dit que des représentants d'une organisation appelée Smile Train lui avaient rendu visite avec des prospectus et lui avaient dit que toute personne qu'il connaissait et qui avait une fente pouvait être opérée gratuitement dans l'hôpital le plus proche de chez nous.

Papa ne l'a pas cru. Il a répondu : « Je suis trop vieux. J'ai vécu toute ma vie avec une fente, quelle différence cela fait-il que je me fasse opérer ? »

Mais M. Abi a autant de volonté que mon père ! Lorsqu'il a appris qu'il ne voulait pas partir, le chef du village et lui-même sont venus discuter avec lui, mais papa ne les a toujours pas crus. Il a fallu trois visites à M. Abi pour le convaincre, et il n'a accepté qu'après que M. Abi lui a dit que s'il se faisait opérer, toutes les moqueries cesseraient ; ce serait comme appuyer sur un bouton de réinitialisation de toute sa vie.

Edoh souriant après une chirurgie de la fente

Et c'était la vérité ! Je n'ai jamais vu papa aussi heureux que depuis son opération. C'est comme si sa vie avait recommencé à l'âge de 65 ans !

Aujourd'hui, de son réveil au coucher, papa est toujours souriant. L'opération l'a également changé sur d'autres plans, des plans auxquels on ne s'attendrait jamais. Il a découvert à quel point la nourriture peut être bonne. Je suppose qu'il n'était pas capable de goûter aussi bien avant, car la nourriture tombait toujours de sa bouche, mais maintenant qu'il n'a plus à s'inquiéter de cela, il apprécie tellement la nourriture qu'il lape les saveurs sur chacun de ses doigts après les repas, juste pour pouvoir les savourer plus longtemps !

Maintenant, nous sommes libres


Edoh après l'opération de la fente, souriant avec son fils Julian

Je pense que toute ma famille doit tout à M. Abi. Sans sa persévérance, papa n'aurait pas pu se faire opérer. Pour l'avenir, je peux dire que nous sommes fiers d'avoir un père qui a surmonté quelque chose que nous n'aurions jamais cru possible de surmonter. L'histoire de la façon dont lui et nous tous avons surmonté quelque chose d'aussi important que d'avoir une fenteaprès avoir vécu avec pendant tant d'années fera désormais partie de l'histoire de notre famille pour toujours.

Edoh après l'opération de la fente, tenant son petit-fils et pointant vers la caméra

Bien sûr, nous devons aussi tout à ceux qui ont fait des dons pour aider à payer l'opération de papa. Vous faites également partie de notre histoire pour toujours, c'est pourquoi je voulais la partager avec vous. À tous les donateurs du Smile Train, toute notre famille prie pour que vous soyez bénis dans toutes vos entreprises, vos affaires, dans votre santé, et que tout ce que vous entreprenez soit couronné de succès. Je suis si heureux que vous ayez pu aider mon père.

Edoh fait le signe de la paix après une opération de la fente

Notre famille est désormais libre et nous le sommes aussi.

Nos remerciements les plus sincères,

-Julian


Avez-vous apprécié la lecture de cet article ? Lisez plus d’histoires d’Afrique.

Recevez des mises à jour de Smile Train

Ceci pourrait aussi vous intéresser...

Technology
.wrap-element{position: relative; overflow: hidden; padding-top: 56.25%;} .wrapped-...
Patient
À la naissance de Fares, Nadia s'est retrouvée dans une situation bien trop familière aux...