Sœur Dr Liliana Najjuka : Miracleuse, créatrice de sourires

Smile Train

Sœur Dr Justina Liliana Lucy Gerardine Najjuka, une petite sœur de Saint-François, a consacré sa vie à apporter la guérison et l'espoir à certains des enfants les plus vulnérables du monde. Depuis qu'elle a commencé à travailler comme partenaire de Smile Train en 2007, elle a réalisé plus de 6050 opérations de fente dans neuf pays d'Afrique centrale et orientale. Dans son rôle actuel de responsable du centre chirurgical Smile Train Mbarara (SCSTM) au centre d'aide du village du Bon Samaritain en Ouganda, elle a élargi son champ d'action à quelque chose de tout aussi vital : en apportant un soutien nutritionnel aux bébés dont le poids est trop faible pour qu'ils puissent subir une opération de fente en toute sécurité. En l'honneur du Mois national de la nutrition, nous avons rencontré Sœur Najjuka pour en savoir plus sur le chemin qu'elle a parcouru pour devenir chirurgien spécialiste des fentes, sur l'importance vitale des programmes de fentes menés localement et sur la manière dont le modèle de Smile Train est capable de gagner la confiance et d'apporter des changements durables dans des régions historiquement mal desservies.

Lorsque j'ai fait ma maîtrise, j'ai remarqué combien d'enfants avaient des différences de naissance, notamment des fentes. Beaucoup de leurs familles — pour la plupart des membres ordinaires de la société — venaient de très loin pour obtenir le traitement et l'évaluation dont ils avaient tant besoin, mais n'avaient pas les moyens de les payer. Cela m'a profondément ému. J'ai décidé d'essayer d'apprendre le traitement et la gestion des fentes pour pouvoir les aider. À l'époque, je travaillais avec l'AMREF, une organisation qui s'efforce d'améliorer l'accès à des soins de santé durables dans toute l'Afrique, et c'est elle qui m'a présenté Smile Train.

Sister Najjuka with patient

Dès la première fois que j'ai vu cette organisation en action, j'ai tout de suite su qu'elle était parfaitement adaptée. J'aime la façon dont Smile Train travaille avec des partenaires locaux plutôt que d'envoyer des étrangers en mission. Ce sont des autochtones qui aident d'autres autochtones.

Sister Najjuka talks to a patient

C'est comme ça que ça devrait être. Je ne crois pas aux modèles basés sur les voyages de mission. En fait, nous avions l'habitude de l'appeler le modèle « touch and go ». C'est très inefficace, pour ne pas dire trop. Lorsque quelqu'un arrive d'un autre pays, il ne connaît pas la langue des gens, leurs traditions, leur comportement, leurs défis et leurs forces. Ils doivent passer un jour ou deux d'une mission déjà courte à s'acclimater et à s'installer, puis pratiquer des opérations chirurgicales pendant un, deux ou trois jours et repartir. Ça n'aide pas beaucoup les indigènes. Les gens d'ici ne savent pas qui sont ces gens, donc ils ne leur font pas confiance. Et les membres de la mission ne croient pas que les indigènes puissent faire ce qu'ils font - si c'était le cas, pourquoi se sentiraient-ils obligés de venir le faire à notre place ? C'est pourquoi j'aime Smile Train et son modèle « apprendre à un homme à pêcher », qui consiste à parrainer des soins locaux pour les fentes. C'est hyper super au-dessus du reste.

Sister Najjuka with Eric and family

Grâce au partenariat avec Smile Train, mon équipe dispose de fonds pour des initiatives éducatives et d'autres programmes qui nous permettent de traiter plus de patients que jamais et d'aider les gens à combattre les mythes, les mensonges et la stigmatisation et à comprendre la vérité sur les fentes. Smile Train aide également les patients à venir chez nous en finançant leur transport vers et depuis notre centre, ce qui fait toute la différence. Maintenant, nous pouvons accueillir nos patients. Nous pouvons les nourrir librement, les opérer librement et les soigner librement, tout cela grâce à Smile Train.

Cleft nutrition

La différence se manifeste surtout au niveau de la nutrition. Les programmes de nutrition pour les fentes sont très, très récents dans ma région de l'Ouganda, et il est difficile pour les gens ici de croire que les fentes contribuent à la malnutrition. Le défi est de savoir comment mobiliser les patients et leurs familles dans les zones reculées pour qu'ils disposent des informations dont ils ont besoin et qu'ils soient convaincus que la nourriture que nous avons ou qu'ils cultivent est suffisante pour donner à leurs enfants le coup de pouce nutritionnel dont ils ont besoin.

Vous voyez, lorsque vous dites à un parent que son enfant souffre de malnutrition, il pense qu'il doit se procurer des produits dans les magasins : la viande, les œufs, le fromage. Il lui est donc difficile de croire que les cultures que nous produisons - les haricots, les arachides, les bananes, etc. - suffisent à donner à son enfant les nutriments dont il a besoin pour être en assez bonne santé pour être opéré d'une fente. Une personne en mission ici ne pourrait jamais avoir cette connaissance du terrain ou être capable d'entretenir les relations à long terme nécessaires pour gagner la confiance de ces familles, puis accompagner leur enfant dans un programme complet de soutien nutritionnel qui peut prendre des années.

Large group of mothers

Maintenant, notre plus grande préoccupation est d'avoir assez d'espace pour accueillir tous les patients qui viennent chez nous. Smile Train a contribué à la construction de notre centre de nutrition Good Samaritan Village Helpers ici, et il est déjà trop petit pour le nombre de patients que nous soignons régulièrement.

Ils ont fait un travail formidable. À Smile Train et à ses donateurs, je dis « mwebalen nyo mwebalire ddala », ce qui signifie « merci beaucoup, beaucoup » dans la langue locale.

Recevez des mises à jour de Smile Train

Ceci pourrait aussi vous intéresser...

Patient
Une semaine après le mariage d'Ugwuoke, elle a accidentellement renversé de l'eau...
Partner
Beaucoup de gens ne savent pas que les fentes peuvent causer des dommages auditifs graves...
Patient
Lorsqu'Osawa est né avec une fente, sa famille a été surprise, mais n'a pas paniqué. Son...